On voit souvent des gens ou des dévots néophytes gagner leur vie en soit disant propageant la conscience de Krishna. Ce sont des narrateurs professionnels dont le but premier est de faire de l'argent pour leur maintenance. Il faut être prudent et ne pas écouter ces gens, il faut surtout écouter ce qui a trait à la philosophie de personnes authentiques. Cela est une instruction très importante.

J'ai fait une recherche à ce propos dans les livres de Srila Prabhupada qui est la personne la plus authentique qui soit pour narrer le Srimad-Bhagavatam. Il a écrit près de 80 livres sur cette philosophie et a été reconnu par de grands érudits de ce monde. 

Je termine aussi cet article en vous donnant une brève description des narrateurs authentiques.

Voici ici le résultat de cette recherche. Bonne lecture et découverte.

----------------------------

Il se peut que des narrateurs professionnels demandent de l'argent afin d'éteindre le feu ardent qui consume leur estomac, mais ils ne sont pas en mesure d'accomplir le moindre progrès spirituel ni d'atteindre la perfection. C'est la raison pour laquelle il est strictement interdit de faire de la lecture du Srimad-Bhagavatam une activité professionnelle lucrative. Seul celui qui s'est entièrement abandonné aux pieds pareils-au-lotus de Dieu, la Personne Suprême, et qui compte ainsi pleinement sur Lui pour sa propre subsistance ou même pour celle de sa famille, peut atteindre la perfection en narrant le Srimad-Bhagavatam, qui relate les Divertissements du Seigneur et de Ses dévots. Le processus peut se résumer comme suit: l'auditoire doit recevoir avec foi le message du Bhagavata, et le narrateur doit totalement dépendre de Dieu. la Personne Suprême. La narration du Bhagavata ne doit pas être une affaire commerciale; si cela est fait comme il convient, non seulement celui qui le récite éprouve une satisfaction parfaite, mais de plus le Seigneur est content de lui ainsi que de l'auditoire; tous sont alors libérés des liens matériels par le seul fait d'avoir écouté ce message.

S.B. 5.12.50 (Teneur et portée)

 

Le néophyte doit donc avant tout approcher une personne bhagavata pour apprendre d'elle la science du service de dévotion. La personne bhagavata n'est pas un "professionnel" qui gagne sa vie en récitant le Bhagavatam, mais plutôt un pur représentant de Sukadeva Gosvami, comme Suta Gosvami, qui prêche le service de dévotion pour le bien ultime de tous les hommes. Le néophyte n'éprouve en fait que peu d'intérêt pour les instructions de ceux qui font autorité en matière spirituelle, et il n'est pas rare qu'il préfère écouter n'importe quel narrateur professionnel, feignant d'être un auditeur sincère alors qu'il cherche uniquement à satisfaire ses sens. Bien entendu, cette sorte d'écoute et de transmission gâchent absolument tout, et ont déjà fait de grands ravages; il faut donc bien prendre garde de les éviter. Les saints enseignements de Dieu, tels qu'ils apparaissent dans la Bhagavad-gita et le Srimad- Bhagavatam, sans nul doute sont parfaits et absolus; pourtant, il faut éviter de les recevoir d'un narrateur professionnel, lequel les souille, comme le serpent qui empoisonne le lait simplement en le touchant de sa langue.
S.B. 1.1.12 (Teneur et portée)

On peut certes percevoir directement la présence de Sri Krsna dans les pages du Srimad-Bhagavatam, mais il faut en recevoir le message d'une âme noble et réalisée comme Sukadeva Gosvami. Rien ne sert d'utiliser les services d'un narrateur professionnel, d'un simulateur dont le seul but est d'en tirer quelque argent qu'il utilisera pour assouvir ses désirs charnels. Nul ne peut saisir le Srimad-Bhagavatam s'il vit au contact de personnes qui se livrent aux plaisirs de la chair, nul non plus auprès d'un exégète qui en donne sa propre interprétation, souillée d'érudition profane. Il faut plutôt étudier le Bhagavatam auprès d'un représentant de Sukadeva Gosvami, et de nul autre, si on éprouve le moindre désir de voir Sri Krsna dans ses pages. Tel est le secret pour percer son message; aucune alternative ne s'offre.

S.B. 1.3.44 (Teneur et portée)

Rien ne sert d'imiter Maharaja Pariksit et de recevoir le Bhagavatam d'un narrateur professionnel même pendant sept cents années. Faire du Srimad-Bhagavatam un moyen de subvenir aux dépenses du foyer représente la plus grossière namaparadha, la plus vile offense aux pieds du Seigneur.

S.B. 2.4.2  (Teneur et portée)

Les narrateurs authentiques.

De fait, quiconque prête une oreille attentive aux narrateurs authentiques du Srimad-Bhagavatam s'engagera certes avec sincérité dans le service de dévotion offert au Seigneur, Lui qui peut conférer la libération. Personne n'écoutait le Srimad-Bhagavatam avec plus d'attention que Maharaja Pariksit et nul n'était aussi qualifié que Sukadeva Gosvami pour l'énoncer. Aussi, il ne souffre aucun doute que celui qui marche sur les traces de Sukadeva Gosvami, le narrateur parfait, ou de Maharaja Pariksit, l'auditeur parfait, obtiendra comme eux le salut.

S.B. 2.1.10 (Teneur et portée)

Compilation et écrit par Aprakrita Dasa

 

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare