Imprimer



namāmīśvaraṁ sac-cid-ānanda-rūpaṁ
lasat-kuṇḍalaṁ gokule bhrājamanam
yaśodā-bhiyolūkhalād dhāvamānaṁ
parāmṛṣṭam atyantato drutya gopyā  ( 1 )


rudantaṁ muhur netra-yugmaṁ mṛjantam
karāmbhoja-yugmena sātaṅka-netram
muhuḥ śvāsa-kampa-trirekhāṅka-kaṇṭha
sthita-graivaṁ dāmodaraṁ bhakti-baddham  ( 2 )


itīdṛk sva-līlābhir ānanda-kuṇḍe
sva-ghoṣaṁ nimajjantam ākhyāpayantam
tadīyeṣita-jñeṣu bhaktair jitatvaṁ
punaḥ prematas taṁ śatāvṛtti vande  ( 3 )


varaṁ deva mokṣaṁ na mokṣāvadhiṁ vā
na canyaṁ vṛṇe ‘haṁ vareṣād apīha
idaṁ te vapur nātha gopāla-bālaṁ
sadā me manasy āvirāstāṁ kim anyaiḥ  ( 4 )


idaṁ te mukhāmbhojam atyanta-nīlair
vṛtaḿ kuntalaiḥ snigdha-raktaiś ca gopyā
muhuś cumbitaṁ bimba-raktādharaṁ me
manasy āvirāstām alaṁ lakṣa-lābhaiḥ  ( 5 )


namo deva dāmodarānanta viṣṇo
prasīda prabho duḥkha-jālābdhi-magnam
kṛpā-dṛṣṭi-vṛṣṭyāti-dīnaṁ batānu
gṛhāṇeṣa mām ajñam edhy akṣi-dṛśyaḥ  ( 6 )


kuverātmajau baddha-mūrtyaiva yadvat
tvayā mocitau bhakti-bhājau kṛtau ca
tathā prema-bhaktiṁ svakāṁ me prayaccha
na mokṣe graho me ‘sti dāmodareha  ( 7 )


namas te ‘stu dāmne sphurad-dīpti-dhāmne
tvadīyodarāyātha viśvasya dhāmne
namo rādhikāyai tvadīya-priyāyai  ( 8 )



1) Mon hommage au Seigneur Suprême dont la forme incarne l'existence éternelle, la connaissance et la félicité à ce Seigneur qui resplendit dans le royaume divin de Gokula, Ses boucles ciselés en forme de requins se balançant à Ses oreilles. Il S'enfuit, apeuré, loin du mortier de bois pour échapper à Sa mère, Yasoda qui pourtant réussit à Le rattraper en courant plus vite encore. A Lui, Sri Damodara, le Seigneur Suprême, j'offre mon respectueux  hommage.

2) (Voyant arriver Sa mère avec une baguette à la main) Il pleure et Se frotte les yeux de Ses petites mains de lotus. Les yeux emplis de crainte, il est tout haletant pour avoir tant pleuré et Ses hoquets font cliqueter Son collier de perles autour de Son cou orné comme une conque de trois fins sillons. À Lui, Sri Damodara, le Seigneur Suprême, dont la taille est liée, non poit d'une corde, mais du pur amour de Sa mère, j'offre mon respectueux  hommage.

3) Ces merveilleux disvertissements d'enfance de Sri Krishna plongeaient les habitantes de Gokula dans un océan d'exrase. À travers eux, le Seigneur révélait aussi à Ses dévots absorbés en méditation sur Sa majesté et Sa splendeur suprêmes, que seul faisaient Sa conquête ceux dont l'amour étaient empreint d'intimité et exempt de toute notion de vénération. À Lui, Sri Damaodara, je réitère des centaines de fois, avec mon amour, mon hommage.

4) Ô Seigneur ben que Tu sois en mesure d'accorder toute bénédiction, Je ne Te demande pas de me conférer la libération impersonnelle, ni de me donner la vie éternelle à Vaikuntha, ni aucun des bienfaits (auxquele nous permet d'accéder l'exécution des neuf practiques de la bhakti). Ma prière, la seule, ô Siigneur, est qu'à jamais Tu apparaisses en mon coeur sous Ta forme du petit pâtre de Vrindavan, Bala Gopala. Qu'ai-je besoin d'aucun autre bienfait?

5) Ô Seigneur, Ton visage aussi gracieux qu'un lotus, encadré de soyeuses boucles de Tes cheveux noirs aux légers reflets rouges, est couvert de baisers de Mère Yasoda, et Tes lèvres sont rouges comme le fruit bimba. Qu'à jamais apparaisse en mon coeur la vision enchnatesse de Ton visage à la beauté du lotus ! Hormis celle-ci, qu'ai-je besoin de milliers d'autres bénédictions?

6) Ô Dieu Suprême, je te rends mon hommage. Ô Damodara ! Ô Ananta ! Ô Visnu ! Ô Maître puisses-Tu être satisfait de moi ! Déversant la miséricorde de Ton regard sur moi, délivre ce sot itnorant et misérable que je suis, noyé dan sun océan de douleurs matérielles, et rend Toi visible à mes yeux.

7) Ô Seigneur ! Ô damodara, quand Tu étais enfant, lié au mortier de bois par la corde de Mère Yasoda, Tu délivras de la malédiction de Narada les deux fils de Kuvera, Manigriva et Nalakuvara et en fis Tes dévots. À moi aussi, veille donner l'amour de Dieu, la prema-bhakti. C'est là mon seul souhait et je n'aspire à aucune forme de libération.

8) Ô Seigneur ! Ô Damodara, je présente mon hommage tout d'abord à la corde resplendissante qui lie Ton ventre, puis à ce ventre lui-même qui renferme l'univers entier. Je me prosterne humblement devant Ta Bien-aimée entre toutes, Srimati Radharani, et je Te rends mon hommage, à Toi, Suprême Seigneur aux Divertissements illimités.