Imprimer

drstva tesam mitho nrnam
avajnanatmatam nrpa
tretadisu harer arca
kriyayai kavibhih krta

TRADUCTION


O roi, au début du treta-yuga, quand de grands sages et de saints personnages notèrent que les hommes ne se respectaient plus les uns les autres, ils introduisirent l'adoration de la murti dans le temple avec tous ses accessoires.


TENEUR ET PORTEE


Le Srimad-Bhagavatam (12.3.52) déclare:


krte yad dhyayato visnum
tretayam yajato makhaih
dvapare paricaryayam
kalau tad dhari-kirtanat


"Tout résultat obtenu dans le satya-yuga par la méditation sur Visnu, dans le treta-yuga par l'accomplissement de sacrifices, et dans le dvapara-yuga par le service rendu aux pieds pareils-au-lotus du Seigneur peut être aussi obtenu dans le kali-yuga par le seul chant du maha-mantra Hare Krsna. Pendant le satya-yuga, tous les êtres étaient évolués spirituellement et aucune envie n'opposait les grandes personnalités entre elles. Cependant, graduellement, à cause de la souillure matérielle accompagnant le passage des âges, des rapports dénués de respect survinrent même entre les brahmanas et les vaisnavas. En fait, un vaisnava hautement réalisé doit être respecté encore plus que Visnu. Comme le souligne le Padma Purana: aradhananam sarvesam visnor aradhanam param -de toutes les formes d'adoration, la meilleure est celle de Visnu. Tasmat parataram devi tadiyanam samarcanam: et plus conseillée encore que l'adoration de Visnu est celle du vaisnava.

Jadis, toutes les activités avaient un lien avec Visnu, mais après le satya-yuga, les vaisnavas montrèrent entre eux des marques d'irrespect. Srila Bhaktivinoda Thakura dit que le vaisnava est celui qui a aidé d'autres personnes à devenir eux-mêmes des vaisnavas. Narada Muni, par exemple, a converti beaucoup d'autres êtres en vaisnavas. Un vaisnava puissant qui a changé d'autres personnes en vaisnavas doit être vénéré; cependant, à cause de la souillure matérielle, d'autres vaisnavas mineurs manquent quelquefois de respect à un vaisnava de nature si élevée. Quand les grands saints virent cette dégradation, ils introduisirent l'adoration de la murti dans le temple, qui commença durant le treta-yuga et s'affirma particulièrement pendant le dvapara-yuga (dvapare paricaryayam). Dans le kali-yuga, toutefois, les hommes négligent le culte de la murti. Le chant du mantra Hare Krsna y est donc plus puissant que le culte dans le temple. Sri Caitanya Mahaprabhu a montré l'exemple à cet égard: Il n'a pas ouvert de temples ni installé de nouvelles murtis, mais a surtout et partout introduit le mouvement de sankirtana. Les prédicateurs de la Conscience de Krsna doivent donc donner plus d'importance au mouvement de sankirtana, particulièrement en distribuant de plus en plus les Ecrits spirituels. Voilà comment contribuer au mouvement de sankirtana. Nous pouvons ouvrir des centres partout où il est possible d'adorer la murti, mais en général nous devons accorder plus d'importance à la distribution de livres spirituels, car cela aura plus le pouvoir de gagner les gens à la Conscience de Krsna.



Le Srimad-Bhagavatam (11.2.47) déclare en effet:


arcayam eva haraye
pujam yah sraddhayehate
na tad-bhaktesu canyesu
sa bhaktah prakrtah smrtah


Une personne fidèlement vouée à l'adoration de la murti dans le temple mais qui ne sait pas comment se comporter avec les bhaktas ou les gens en général est appelée prakrta-bhakta ou kanistha-adhikari." Un prakrta-bhakta ou bhakta néophyte se situe toujours sur un plan matériel. Se consacrant à l'adoration de la murti, il ne peut néanmoins apprécier les activités d'un pur dévot du Seigneur. On a déjà vu un bhakta autorisé qui se dédie au service du Seigneur en propageant la mission de la Conscience de Krsna se faire parfois critiquer par des bhaktas néophytes. Visvanatha Cakravati Thakura en parle ainsi: sarva-prani-sammananasamarthanam avajna spardhadimatam tu bhagavat-pratimaiva patram ity aha. L'adoration des murtis est la seule voie de progrès spirituel pour ceux qui ne peuvent apprécier à leur juste valeur les activités de bhaktas autorisés. Le Caitanya-caritamrta (Antya 7.11) établit clairement: krsna-sakti vina nahe tara pravartana -il n'est pas possible de répandre les gloires du Seigneur dans le monde entier sans être autorisé ou habilité pour ce faire par Krsna. Néanmoins, les néophytes, les kanistha-adhikaris, qui demeurent aux niveaux inférieurs du service de dévotion, critiquent le bhakta qui accomplit cette tâche. Pour ceux-là, l'adoration de la murti est fortement conseillée.

Un dévot (Damaghosa dasa) m'a demandé d'ajouter ceci et qui est très approprié: VERSET 3.29.22

yo mam sarvesu bhutesu
santam atmanam isvaram
hitvarcam bhajate maudhyad
bhasmany eva juhoti sah

TRADUCTION


Celui qui adore la murti, la Forme de Dieu installée dans le temple, sans savoir que le Seigneur Suprême Se trouve également présent dans le coeur de chaque être en tant que Paramatma, celui-là doit être dans l'ignorance; il est semblable à une personne qui offrirait des oblations dans la cendre.



TENEUR ET PORTEE


Ce verset établit clairement que Dieu, la Personne Souveraine, Se trouve présent en chaque être en tant que l'Ame Suprême, Son émanation plénière. Les âmes distinctes habitent huit millions quatre cent mille (8 400 000) espèces de corps différents, et le Seigneur Souverain vit à l'intérieur de chaque corps en tant que l'âme distincte et que l'Ame Suprême. En effet, puisque l'âme distincte fait partie intégrante du Seigneur Suprême, on peut dire dans ce sens que le Seigneur vit à l'intérieur de chaque corps et Il S'y trouve également présent en tant que témoin dans la Forme de l'Ame Suprême. Dans les deux cas, la présence de Dieu en chaque être s'avère essentielle. C'est pourquoi ceux qui prétendent appartenir à quelque groupe religieux mais qui ne sentent pas la présence du Seigneur Souverain en chaque être ainsi que partout ailleurs ne peuvent qu'être recouverts par l'ignorance.

Si quelqu'un se trouve dénué de cette connaissance préliminaire concernant l'omniprésence du Seigneur, et s'attache simplement au rituel dans un temple, une église ou une mosquée, il ne vaut pas mieux que celui qui ferait offrande de beurre dans la cendre plutôt que dans le feu sacrificiel. En effet, ces offrandes se font en versant du beurre clarifié sur un feu, tout en chantant les mantras védiques; mais même avec les mantras appropriés et toutes les conditions favorables, si on verse le beurre clarifié sur les cendres, on accomplira là un sacrifice sans valeur. En d'autres mots, le bhakta ne doit ignorer aucun être. Il doit savoir qu'en chaque être, si insignifiant soit-il -s'agirait-il même d'une fourmi-, Dieu est présent, si bien qu'il faut se montrer bienveillant envers tous et ne faire violence à aucun d'eux. Dans la société moderne, dite civilisée, certains principes religieux permettent et encouragent l'existence d'un grand nombre d'abattoirs; mais si l'homme n'a aucune connaissance de la présence de Dieu en chaque être, tout prétendu progrès de la civilisation humaine, que ce soit sur le plan spirituel ou matériel, ne peut que relever de l'ignorance.