La Bhagavad-gita (également connue sous le nom de Gitopanisad) est considérée comme l'une des Upanisads majeures et constitue l'essence de la connaissance védique. Pourquoi une nouvelle présentation de la Bhagavad-gita, dira-t-on, quand, dans la langue qui nous concerne, il en existe déjà de nombreux commentaires? L'idée du présent livre m'est venue après qu'on m'ait demandé quelle traduction je jugeais la plus recommandable. Il existe naturellement de multiples versions en cette langue de la Bhagavad-gita, mais il se trouve que je ne pouvais, en toute conscience, conseiller de lire aucune d'entre elles, car aucune, pour autant que j'ai pu les examiner —en Inde comme en Occident— ne conservait au texte son intégrité originelle. Chaque fois, les commentateurs avaient, sur l'essentiel, exprimé leurs propres opinions, sans dégager l'esprit de la Bhagavad-gita "telle qu'elle est."

Les pages mêmes de l'ouvrage en révèlent l'esprit: qui désire prendre un médicament doit en respecter la posologie; point ne s'agit ici de suivre son seul caprice, ou le simple conseil d'un ami, mais bien plutôt de s'en tenir à la notice ou à la prescription du médecin. Ainsi de la Bhagavad-gita: il convient de recevoir son enseignement selon l'autorité du Seigneur, Sri Krsna, lequel l'énonça en personne. A chaque page s'affirme l'identité de Sri Krsna; II est Bhagavan, II est Dieu, la Personne Suprême. Le mot bhagavan, qui, ailleurs, désigne soit un homme influent, soit un puissant deva, indique certes en Krsna une personnalité très importante; mais il faut réaliser, en outre, que Sri Krsna est Dieu, la Personne Suprême. Tous les grands maîtres de l'Inde, et parmi eux Sankaracarya, Ramanujacarya, Madhvacarya, Nimbarka Svami, Sri Caitanya Mahaprabhu, ainsi que nombre d'autres, tous versés dans le savoir védique, l'ont assuré maintes fois. La Brahma-samhita et tous les Puranas (particulièrement, pour ces derniers, le Bhagavata Purana, ou Srimad-Bhagavatam) enseignent, comme la Bhagavad-gita, que Krsna est Dieu Lui-même: krsnas tu bhagavan svayam, "Mais Sri Krsna est Dieu, la Personne Suprême et Originelle. "(S.B., 1.3.28).

Il convient donc de recevoir les enseignements de la Bhagavad-gita en suivant avec rigueur le mode d'intelligence que la Personne Suprême y développe pour nous. Dans le quatrième chapitre de l'ouvrage, le Seigneur S'adressant à Arjuna, Son disciple et ami, lui explique comment la Bhagavad- gita fut transmise à travers les âges. Elle fut d'abord donnée au (deva du soleil, Vivasvan, qui la livra ensuite à Manu, lequel, à son tour, la communiqua à Iksvaku: le yoga qu'enseigne la Bhagavad-gita a donc été transmis oralement par une Filiation spirituelle dont l'origine remonte à Krsna. (1) Mais ce savoir, au cours des temps, s'est perdu, et il faut que le Seigneur, à nouveau, le révèle, au moment où va s'engager la Bataille de Kuruksetra. Krsna confie à Arjuna que s'Il lui donne ce secret sublime, c'est en raison de l'amitié, de la dévotion qu'il Lui témoigne. Le Seigneur montre que la Bhagavad-gita est d'abord destinée à Ses dévots, les bhaktas, qui constituent l'un des trois groupes en lesquels se divisent les spiritualistes (les deux autres étant représentés par les jnanis, philosophes impersonnalistes, et les yogis, adeptes de la méditation).

Par ces versets, le Seigneur déclare également à Arjuna qu'Il fait de lui le premier chaînon d'une nouvelle filiation spirituelle (parampara), puisque l'ancienne est brisée. Souhaitant rétablir une lignée d'acaryas, pour transmettre le savoir exactement tel qu'il était enseigné dans la filiation spirituelle issue du deva du soleil, le Seigneur désire en outre qu'Arjuna, à son tour, montre à tous, sans exception, comment étudier la Bhagavad-gita et comment la comprendre. Or, si le Seigneur choisit Arjuna plutôt qu'un autre pour lui délivrer l'Enseignement, ce n'est pas au hasard, mais parce que le prince est Son dévot. Son disciple et Son ami intime. Ainsi, nous sommes avertis que comprendre véritablement la Bhagavad-gita demande des qualités semblables à celles d'Arjuna, et donc, d'être un bhakta, uni à Krsna dans une relation directe.

Car, le privilège du bhakta, c'est justement de retrouver aussitôt la relation directe qui l'unit au Seigneur; celle-ci peut se manifester de cinq façons différentes:

1) la relation passive, ou neutre;
2) l'attitude de service;
3) le sentiment d'amitié;
4) l'affection parentale;
5) la relation amoureuse.

La relation qui unit Arjuna au Seigneur est une relation d'amitié; mais naturellement, un abîme sépare cette amitié de celle que nous connaissons dans l'univers matériel; et d'abord, l'amitié spirituelle n'est pas à la portée de tous. Chaque être, par nature, est en relation avec le Seigneur, mais ce lien individuel, personnel, maintenant perdu, demande à être rétabli, ce que peuvent uniquement ceux qui atteignent la perfection du service de dévotion. Tous les êtres sont liés avec Dieu par une relation éternelle, mais sous l'emprise de la matière, ils oublient complètement et Dieu et le lien qui les rattache à Lui. On désigne du nom de svarupa-siddhi le réveil de cette relation divine (ou svarupa), réalisation parfaite de notre condition originelle, naturelle et étemelle.


(l) imam vivasvate yogam proktavan aham avyayam
vivasvan manave praha manur ikvakave 'bravit
evam parampara praptam imam rajarsayo viduh
sa kaleneha mahata yogo nastah parantapa

(B.g.,IV.I-2)

Il est donc de la plus haute importance d'étudier la façon dont Arjuna reçoit l'enseignement du Seigneur.

 

Arjuna dit:
"Tu es le Brahman Suprême, l'ultime demeure, le purificateur souverain, la Vérité Absolue et l'éternelle Personne Divine. Tu es Dieu, l'Etre primordial, originel et absolu. Tu es le Non-né, la beauté qui tout pénètre. Tous les grands sages le proclament, Narada, Asita, Dévala, Vyasa; et Toi-même, à présent, me le révèles. 0 Krsna, tout ce que Tu m'as dit, je l'accepte comme la vérité la plus pure. Ni devas ni asuras ne connaissent Ton vrai visage, ô Seigneur." (1)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare