Krsna ne conseille pas à Arjuna, pour s'absorber dans Son souvenir, d'abandonner toute action. Jamais II ne propose rien d'irréalisable. Et en effet, pour survivre en ce monde, agir est nécessaire. C'est pourquoi, d'ailleurs, la société humaine fut divisée en quatre groupes —les brahmanas (sages et érudits), les ksatriyas (administrateurs et hommes de guerre), les vaisyas (agriculteurs et commerçants) et les sudras (ouvriers et artisans)— selon les aptitudes de chacun. Ouvrier, marchand, soldat, administrateur ou fermier, homme de lettre, savant ou théologien, tous, pour vivre, doivent accomplir les devoirs de leur fonction. Krsna n'a donc pas voulu qu'Arjuna délaisse ses devoirs: Il veut au contraire les lui voir remplir, mais en pensant à Lui. Celui qui, dans la lutte pour l'existence, ne s'applique pas à penser au Seigneur, comment pourrait-il se souvenir de Lui au moment de la mort? Sri Caitanya Mahaprabhu nous a donné le même conseil, de toujours nous rappeler Krsna, et pour ce faire, de toujours chanter ou réciter Ses Saints Noms. Krsna et les Noms de Krsna sont une seule et même chose, car au niveau de l'Absolu, il n'existe aucune différence entre l'objet et le mot qui le désigne. Aussi les recommandations de Krsna, dans le verset précité ("Absorbe toujours en Moi tes pensées"), et celles de Caitanya Mahaprabhu ("Chantez toujours les Noms de Krsna") ne font-elles qu'un. C'est pourquoi il faut nous exercer à nous souvenir constamment du Seigneur, à chaque heure du jour et de la nuit, par le chant ou la récitation de Ses Saints Noms et en modelant toute notre vie dans le même sens.

Les acaryas, les maîtres parfaits, illustrent d'un exemple simple cette union mentale avec le Seigneur: qu'une femme mariée tombe amoureuse d'un autre homme, ou qu'un homme s'attache à une autre que son épouse, le sentiment qui les y pousse sera certes très puissant. Sous l'influence d'un pareil lien, on pensera sans cesse à l'être aimé. L'amoureuse accomplissant ses tâches quotidiennes dirigera toujours ses pensées vers l'instant où elle pourra rencontrer son amant, et soignera plus que jamais son travail, pour que le mari ne soupçonne rien de sa liaison. De même, nous devons penser à chaque instant au bien-aimé suprême, à Sri Krsna, tout en remplissant du mieux possible nos devoirs matériels, et cela requiert un fort sentiment d'amour, qu'il faut d'abord éveiller en nous. Arjuna était rempli de cet amour pour Krsna, mais il n'en demeurait pas moins un homme de guerre. Le Seigneur ne lui conseilla pas d'abandonner la lutte et de se retirer dans une forêt pour s'y livrer à la méditation solitaire. Arjuna se dira d'ailleurs inapte à pratiquer un tel yoga lorsque Krsna le lui décrira:

 

"Ce yoga que Tu as brièvement décrit, ô Madhusudana, je ne vois point comment le mettre en pratique, car le mental est instable et capricieux."(7)

Mais le Seigneur lui dit:

 

"De tous les yogis, celui qui, avec une foi totale, vit toujours en Moi, M'adorant et Me servant avec amour. Je le tiens pour le plus grand, et le mieux uni à Moi." (8)

Celui dont la pensée reste toujours fixée sur le Seigneur Suprême sera donc à la fois le plus grand yogi, le plus grand jnani et le plus grand bhakta. En tant que ksatriya, Arjuna ne peut renoncer à son devoir de combattre, mais il lui suffît de lutter en pensant au Seigneur pour se souvenir de Lui au moment de la mort.


(1) avyakto 'ksara ity uktas tam ahuh paramam gatim
yam prapya na nivartante tad dhama paramam mama
(B.g
.. VIU.21)

(2) anta-kale ca mam eva smaram muktva kalevaram
yah prayati sa mad-bhavam yati nasty atra samsayah
(B.g
.. V111.5)

(3) visnu-saktih para prokta
(V.P
., 6.7.61)

(4) yam yam vapi smaran bhovam tyajaty ante kalevaram
tam tam evaiti kaunteya sada tad-bhava-bhavitah
(B.s
., V111.6)

(5) maya mudha jivera nahi svatah krsna-jnana jivera krpaya kaila krsna veda-puruna
(C.c.,Madhya
2O.22)

(6) tasmat sarvesu kalesu mam anusmara yudhya ca
mayy arpita-mano buddhir mam evaisyasy asamsayah
(B.g
., V111.7)

(7) yo 'yam yogas tvaya proktah samyena madhhusudana
etasyaham na pasyami cancalatvat sthitim sthiram
(B.g
., V1.33)

(8) yoginam api sarvesam mad-gatenantaratmana
sraddhavan bhajate yo mam sa me yuktattamo matah
(B.g
., V1.47)

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare