Après avoir reçu la Bhagavad-gita des lèvres mêmes de Dieu, Arjuna reconnaît désormais en Krsna le param brahma, le Brahman Suprême. Chaque être distinct est brahman (âme spirituelle); Dieu, l'Etre Suprême, est le Brahman Suprême. Param dhama Le désigne également comme la demeure ultime, le refuge suprême. Pavitram signifie qu'Il est pur, exempt de toute souillure matérielle. Purusam indique qu'Il est le bénéficiaire suprême. Celui qui a jouissance de tout; divyam qu'Il transcende la matière; adi-devam qu'il est Dieu, la Personne Suprême; ajam, non né; vibhum, enfin, qu'Il est omniprésent et supérieur à tous.

Arjuna est l'ami de Krsna, et l'on pourrait bien sûr penser qu'il s'agit d'éloges peut-être excessifs, dictés par son amitié. Mais pour écarter ce soupçon, Arjuna justifie ses louanges dès le verset suivant, où il montre qu'il n'est pas le seul à reconnaître Dieu, la Personne Suprême, en Krsna. Narada, Asita, Dévala, Vyasadeva, bien d'autres sages encore partagent ce jugement. Tous sont de grands propagateurs de la connaissance védique, massivement reconnue comme vérité éternelle par tous les acaryas. Arjuna reconnaît donc en ces termes la perfection des paroles de Krsna:

 

"J'accepte comme la vérité pure tout ce que Tu me dis."(2)

Il mentionne également la difficulté immense de saisir tous les traits personnels du Seigneur. Même les devas y échouent. Si des êtres aussi élevés ne peuvent acquérir une compréhension parfaite de Krsna, comment l'homme le pourrait-il, à moins de se vouer entièrement à Lui?

Il faut donc lire la Bhagavad-gîta dans un esprit de dévotion, sans jamais se considérer l'égal de Krsna, sans jamais non plus Le prendre pour une personne ordinaire, ni même un très grand personnage, Sri Krsna est Dieu, II est la Personne Suprême, au moins selon la Bhagavad-gîta et selon les dire d'Arjuna, qui s'efforce d'en saisir le sens profond. Il nous faut donc, ne serait-ce que par hypothèse. Le reconnaître comme tel, faute de quoi la Bhagavad-gita ne peut que nous demeurer un mystère impénétrable.

Quel est maintenant le but que se propose la Bhagavad-gita? Elle entend libérer les hommes de l'ignorance où les a réduits l'existence matérielle. Chaque jour trouve l'homme aux prises avec mille difficultés. Arjuna, par exemple, se voit sur le point d'engager un combat fratricide; doit-il ou non se battre? Enfermé dans un profond dilemne, il cherche une solution en s'adressant à Sri Krsna, qui lui expose alors la Bhagavad-gita. Mais si, comme Arjuna, nous sommes constamment plongés dans l'angoisse, c'est en raison de l'existence matérielle, que nous prenons pour la seule réalité. Au vrai, nous ne sommes pas faits pour ces souffrances, car nous sommes éternels et ne vivons que de façon passagère dans ce monde illusoire (asat). Tous les êtres humains souffrent; mais bien peu s'interrogent sur leur nature réelle ou sur la raison pour laquelle ils se trouvent dans la situation de souffrir. Or, nul n'est vraiment parfait s'il n'a pas questionné la souffrance, s'il ne l'a pas refusée et choisi d'y trouver remède. L'homme ne peut être considéré comme tel que lorsque cette interrogation germe en son esprit. Le Brahma-sutra nomme cette recherche "brahma-jijnasa". A moins qu'il ne cherche la Vérité Absolue, chacun des actes de l'homme restera imparfait. La Bhagavad- gîta est faite pour répondre à ceux que tourmentent les questions: "Pourquoi sommes-nous sujets à la souffrance?", "D'où venons-nous?", "Où irons- nous après la mort?" ... Mais comme Arjuna, le chercheur sincère, le chercheur qui veut trouver, doit porter un respect total à la Personne Suprême. Sri Krsna descend en ce monde principalement afin de rappeler à l'homme le véritable but de l'existence. Des millions d'hommes s'éveillent par Ses enseignements; parmi eux, un seul peut-être comprendra le lien qui l'unit à Dieu; c'est pour lui que Krsna énonce la Bhagavad-gita.

Tous, nous sommes poursuivis par le tigre de l'ignorance. Mais sur tous également s'étend la miséricorde du Seigneur, et en particulier sur l'homme; cette miséricorde. II la manifeste lorsqu'Il transforme Arjuna de simple ami en disciple pour donner au monde la Bhagavad-gîta. Arjuna, compagnon intime de Krsna, ne saurait être affecté par l'ignorance; s'il en porte le joug lors de la Bataille de Kuruksetra, c'est pour une raison bien précise: le Seigneur veut qu'à l'heure de combattre, Arjuna, par ses questions sur les problèmes de l'existence, Lui fournisse l'occasion de les résoudre pour le bien des générations à venir. De cette manière. II peut tracer aux hommes la ligne de conduite qui leur permettra de mener à bien leur mission.

La Bhagavad-gîta nous invite à comprendre cinq vérités fondamentales, qui touchent d'abord à la science de Dieu, puis à la condition originelle des êtres vivants. Dieu est l'isvara, "Celui qui domine", et les êtres distincts sont les jivas, "ceux qui sont dominés." Que nous soyons dominés est aussi évident qu'il est insensé de nous croire libres et de nier notre position subordonnée. L'être est toujours dominé, du moins dans l'existence matérielle. Outre de l'isvara (Dieu, le maître absolu) et des jivas (les êtres distincts, qu'Il domine), la Bhagavad-gîta nous entretient de la nature matérielle (la prakrti), du temps (la durée totale de l'univers, ou durée de la manifestation de la nature matérielle), ainsi que du karma (l'action). Nous devons donc puiser à cet Ecrit la connaissance de Dieu, des êtres, de la prakrti, de la manifestation cosmique, qui fait apparaître un jeu d'activités multiples où s'engagent les êtres, et comprendre, à la lumière de ces enseignements, comment la manifestation matérielle est régentée par le temps, comment les êtres distincts agissent dans ses cadres.

Ces cinq sujets essentiels constituent par ailleurs les bases sur lesquelles s'appuie la Bhagavad-gîta pour démontrer que Dieu, Sri Krsna, également perceptible en tant que principe suprême, maître absolu, Brahman et Paramatma, transcende tous les autres êtres, quoiqu'ils participent de Sa nature.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare