Le maître absolu, les êtres qu'Il domine, la manifestation cosmique, le temps éternel et le karma (l'action) constituent donc le grand Tout, complet en Lui-même, qu'on appelle la Vérité Suprême et Absolue, et que décrit la Bhagavad-gita. Sri Krsna est ce Tout parfait, cette Vérité Absolue; II est Dieu, la Personne Suprême, et tout ce qui existe est la manifestation de Ses diverses énergies.

Selon la Bhagavad-gita, même le Brahman impersonnel est subordonné au Tout. Le Brahma-sutra, quant à lui, compare le Brahman aux rayons du soleil, car il est constitué par la lumière irradiant de la Personne Suprême. Connaître le Brahman n'est donc qu'une étape, en elle-même incomplète, dans la réalisation de la Vérité Absolue. De même pour la connaissance du Paramatma, dont la description apparaîtra dans le douzième chapitre de cet ouvrage, où il est également dit que la réalisation du purusottama, de Bhagavan, Dieu, la Personne Suprême, est supérieure à celles du Brahman impersonnel et du Paramatma, qu'elle englobe. La Personne Suprême est sac-cid-ananda-vigraha; tels sont les premiers mots de la Brahma-samhita.

"Krsna est le principe même de toute cause. Il est la cause première et la forme même de l'existence éternelle, toute de connaissance et de félicité.(2)

Avec le Brahman impersonnel, on réalise Son éternité (sat), et avec le Paramatma, Sa connaissance parfaite (cit). Mais en atteignant la conscience de Krsna, de la Personne Suprême, on perçoit alors d'un coup tous Ses Attributs spirituels et absolus, soit le sat, le cit et l'ananda (la félicité), dans leur Forme parfaite (vigraha).

Croire impersonnelle la Vérité Absolue, c'est en avoir une intelligence limitée; car Dieu est bien une personne, la Personne Suprême, Absolue, ainsi que le confirment toutes les Ecritures védiques.(3) Tout comme nous, qui sommes des individus, dotés d'une personnalité propre, la Vérité Absolue est une personne: c'est là la plus haute réalisation qu'on puisse en avoir, car elle englobe tous Ses aspects. Le Tout parfait ne peut être sans forme, car II serait alors incomplet, donc inférieur à certaines de Ses créations. Pour être véritablement le Tout, Il doit S'étendre aussi bien à ce qui dépasse notre entendement qu'à ce qui relève de notre expérience.

(l) mayadhyaksena prakrtih (B.g., lX.1O)

(2) isvarah puramah krsna sac-cid-ananda-vigrahah
anadir adir govinda sarva-karana-karanam

(B.s.. 5.1)

(3) nityo nityanam cetanas cetananam
(Katha, 2.2.13)

La Bhagavad-gita décrit également par quelles voies Krsna, Dieu, agit à travers Ses multiples et formidables puissances. Le monde phénoménal, le monde où nous vivons, forme un tout complet en lui-même. Selon la philosophie du sankhya, vingt-quatre éléments, dont l'univers est une manifestation transitoire, sont assemblés de façon à produire toutes les ressources indispensables à son maintien et à sa subsistance. Rien ne manque, mais rien non plus n'est de trop. Le cosmos se manifeste pour un temps, déterminé par l'énergie du Tout suprême, puis est détruit, toujours selon Son plan parfait. Quant aux êtres distincts, infimes unités du Tout complet, ils sont également complets et se voient offrir toutes les possibilités de connaître ce Tout parfait, de connaître l'Absolu. S'ils éprouvent donc un manque, quel qu'il soit, il ne peut venir que d'une connaissance imparfaite du Tout parfait; mais la Bhagavad-gita, qui renferme l'essence du savoir védique, permet justement de combler ces lacunes.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare