Imprimer

La Bhagavad-gita enseigne que le Seigneur Suprême, Sri Krsna, soutient les univers matériels par le déploiement de Ses émanations plénières, ce que notre verset confirme en mentionnant l'avatara purusa, qui Se manifeste pour les besoins de la création matérielle. Le Seigneur en Sa Forme première, Vasudeva, ou Sri Krsna, connu en tant que le fils du roi Vasudeva ou du roi Nanda, possède dans leur plénitude, toutes les excellences -beauté, richesse, renommée, puissance, sagesse et renoncement. Une partie de Ses excellences se retrouve manifestée dans le Brahman impersonnel et une autre dans la Paramatma. Quant à l'aspect du même Seigneur Suprême qui nous intéresse ici, l'aspect purusa, il constitue la première manifestation du Paramatma. Trois formes du purusa sont manifestées dans la création matérielle ; la première, celle dont nous parlons ici, porte le nom de Karanodakasayi Visnu. Les deux autres dont nous reparlerons, sont connues respectivement sous les Noms de Garbhodakasayi Visnu et Ksirodakasayi Visnu. Il est dit que les innombrables univers émanent des pores de Karanodakasayi Visnu, lequel entre alors en chacun sous la forme de Garbhodakasayi Visnu.

La Bhagavad-gita enseigne également que l'univers matériel est créé à certains intervalles, puis détruit, et de nouveau créé. C'est la volonté suprême qui permet ces créations et destructions successives, pour la cause des âmes éternellement conditionnées, ou nitya-baddhas. Les nitya-baddhas, âmes éternellement conditionnées, possèdent une conception erronée de leur moi individuel ; on nomme ce sentiment du nom d'ahankara. Il les incite à rechercher la satisfaction des sens, sans égard à leur vraie nature, qui rend la chose impossible. Le Seigneur est en effet l'unique bénéficiaire de tous les plaisirs ; tous les autres êtres n'existent que pour Le satisfaire. Les êtres distincts ne peuvent donc être bénéficiaires du plaisir que de façon subordonnée, mais l'âme éternellement conditionnée, oublieuse de sa vraie nature, aspire fortement à prendre jouissance de tout pour elle seule. Voilà pourquoi elle se voit offrir par le Seigneur la possibilité de jouir de la matière dans l'univers matériel ; cependant, elle y trouve l'occasion de prendre à nouveau conscience de sa nature véritable. Alors, ceux qui ont le bonheur de percevoir la vérité, qui, après d'innombrables existences dans l'univers matériel, s'abandonnent aux pieds pareils-au-lotus de Vasudeva, sont autorisés à rejoindre les âmes éternellement libérées dans le royaume de Dieu. Plus jamais ces âmes fortunées n'auront à revenir au sein de la création matérielle aux manifestations intermittentes.

Mais ceux qui ne parviennent pas à saisir la vérité concernant la nature éternelle sont à nouveau résorbés dans le mahat-tattva au temps de l'annihilation de l'Univers matériel. Et lorsque revient le temps de la création, de nouveau, en tant qu'âmes conditionnées, ils se déploient librement avec ce mahat-tattva, qui renferme aussi tous les éléments nécessaires à la manifestation matérielle. Le mahat-tattva comprend, outre les âmes conditionnées, seize éléments de base, soit les cinq éléments matériels bruts et les onze sens, ou instruments d'action. Il forme comme un nuage dans le ciel clair du monde spirituel, où l'éclat du Brahma est partout répandu, où partout resplendit la lumière spirituelle. Ce mahat-tattva couvre une certaine part de l'infini du monde spirituel, part qui devient ce qu'on appelle l'univers matériel. Il ne couvre qu'une infime partie du monde spirituel, et pourtant renferme d'innombrables univers. Tous sont produits collectivement par Karanodakasayi Visnu, qu'on appelle aussi Maha-Visnu, et qui, d'un simple regard, imprègne la nature matérielle.
(S.B. 1.3)