Imprimer

Pourquoi Krishna qui Se dit si bon, nous fait tant souffrir? Ce monde est un endroit de souffrance et nous devons nous en rendre compte. Si lorsque je place ma main sur le feu brûlant du rond du poêle, je ne me brûle pas, alors toute ma main fondra. Dès que j'approche ma main du feu, je sens immédiatement de la douleur. Celle-ci, m'avertit instantanément qu'il y a un danger et tout de suite j'éloigne ma main de ce péril. La douleur en quelque sorte nous protège. Lorsque nous nous rendons compte que nous souffrons continuellement en ce monde alors nous cherchons un endroit sans souffrance et cet place est le monde spirituel. La souffrance est en quelque sorte un avertissement.


Le dévot ou l'être évolué spirituellement n'est pas troublé par les dangers, revers ou embûches. Au contraire, il les accueille. Âme soumise, il sait que dangers et réjouissances ne sont que différentes manifestations de Krishna, qui est absolu. Le dévot demeure imperturbable dans le danger comme dans l'opulence, sachant bien que l'un et l'autre représentent Krishna.

Dans le danger, le dévot pense: « Krishna m'apparaît maintenant sous la forme d'un péril. » Dieu ne représente jamais un danger pour le dévot, qui ne redoute d'ailleurs aucun péril, étant convaincu qu'il ne s'agit là que d'un autre aspect du Seigneur. « Pourquoi craindre? pense-t'il, je me suis abandonné à Lui. »

Tout danger qui provoque en nous le souvenir de Krishna est le bienvenu. Pourquoi? « Voici une occasion de penser à Krishna. » Un tel péril est donc souhaitable, car voir ou se rappeler de Krishna nous fait progresser dans la spiritualité, nous évitant ainsi d'avoir encore à affronter de nouveaux dangers. Quand on est très avancé dans la conscience de Krishna, on n'a plus à renaître dans l'Univers matériel (punar janma naiti) après avoir quitté notre corps. Voilà ce qu'il faut rechercher.

Prenons garde de ne pas être détournés de la conscience de Krishna, même en présence de quelque danger ou souffrance. Apprenons à les tolérer - voire les accueillir -en offrant une prière de gratitude à Krishna. Comment prier? « Cher Seigneur, c'est par Ta grande miséricorde que je me trouve en péril. » Voilà comment le dévot voit le danger. « C'est une faveur de la part de Krishna. Mes activités passées me prédestinaient à de terribles souffrances, mais Tu les réduis au minimum. » En d'autres mots, par la grâce de Krishna, le dévot ne recevra qu'un châtiment symbolique.

Il nous faut souffrir pour nos méfaits passés. C'est un fait irrévocable. Toutefois, les souffrances de ceux qui pratiquent la dévotion au sein de la conscience de Krishna sont réduites au minimum. À titre d'exemple, au lieu d'être poignardé comme le voulait notre destin, on ne recevra peut-être qu'une coupure au doigt. Ainsi sont minimisées les suites des actes passés de qui pratique le service de dévotion. Krishna assure Ses dévots: aham tvâm sarva-pâpebhyo mok-sayisyâmi -« Je vous protégerai des conséquences de vos fautes. » (Gita 18.66) Donc, même si le dévot a jadis commis des crimes odieux, au lieu d'être tué, il ne s'infligera peut-être qu'une blessure au doigt. Pourquoi redouterait-il le danger?

Dépendons uniquement de la conscience de Krishna, car si en toutes circonstances nous vivons en harmonie avec celle-ci, nous ne reviendrons pas en ce monde de matière (apunar bhava-darsanam). Si encore et toujours, nous pensons à Krishna et Le voyons, lisons Ses gloires, oeuvrons pour Lui et d'une façon ou d'une autre, demeurons conscients de Lui, nous n'aurons plus à renaître dans l'Univers matériel. Mais si des occupations matérialistes nous confèrent quelque confort, tant et si bien que nous en oublions Krishna et devons renaître, qu'aurons-nous gagné? Soyons très prudents dans ce contexte et agissons de façon à ce que notre conscience de Krishna ne soit perturbée en aucune circonstance, même en la présence de terribles souffrances.

Avant de remporter la Bataille de Kurukshetra, les Pândavas durent affronter maints périls, décrits dans les chapitres de la Bhagavad-gita: on leur présenta un gâteau empoisonné, ils se retrouvèrent dans une maison de laque qui fut ensuite incendiée et durent parfois même combattre des mangeurs d'hommes. Après avoir perdu royaume, épouse et prestige, ils furent condamnés à l'exil. Mais Krishna resta auprès d'eux durant tous ces dangers. Lorsque les Kauravas cherchèrent à dévêtir Draupadi, Krishna lui donna le tissu nécessaire pour sauvegarder son honneur. Jamais Il ne les abandonna.

Évitons donc de penser: « Maintenant que je suis un dévot, je ne connaîtrai ni danger ni souffrance. Mais ne laissons pas de tels malheurs nous troubler. Soyons fermement convaincus que Krishna est toujours là et qu'Il nous protège. Ne cherchez jamais refuge ailleurs qu'en Krishna, mais prenez toujours refuge en Lui. »

Adoptons par conséquent la conscience de Krishna et adhérons-y en toutes circonstances, même en face des pires difficultés. Ayons toujours confiance en les pieds-pareils-au-lotus de Krishna et nous ne serons plus en danger. La façon recommandée en cette âge pour se libérer des souffrances de ce monde est de réciter le maha-mantra: Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare et votre vie deviendra sublime!