Voici un verset du Srimad-Bhagavatam très intéressant à propos de la provenance du son.

Lorsque l'énergie sexuelle du Seigneur Suprême agit sur l'égoïsme marqué par l'ignorance, l'élément subtil qu'est le son devient manifesté, et du son proviennent l'espace éthéré et l'ouïe.

Il apparaît ici que tous les objets de satisfaction sensorielle sont des produits du faux ego dans l'ignorance. Ce verset nous permet de comprendre que lorsque le faux ego dans l'ignorance est activé, la première chose produite est le son, qui représente la forme subtile de l'éther. Le Vedanta-sûtra affirme également que le son se trouve à l'origine de tous les objets de possession matérielle, et qu'il est possible, à l'aide du son, de mettre fin à l'existence matérielle. Les mots anavrttih sabdat signifient "libération par le son". L'entière manifestation matérielle trouve son origine dans le son, et celui-ci, lorsqu'il est doté d'une puissance particulière, possède également le pouvoir de mettre fin à l'esclavage matériel. Le son particulier permettant d'obtenir un tel résultat est la vibration sonore spirituelle du mantra Hare Krsna. Notre asservissement aux occupations matérielles puise son origine dans le son matériel, et nous devons maintenant purifier ce son grâce à la science spirituelle. Le son existe également dans le monde spirituel, et si nous découvrons ce son, alors commence notre vie spirituelle, et tous les autres éléments requis pour notre progrès spirituel nous deviennent accessibles. Nous devons très clairement saisir que le son représente l'origine de la création de tous les objets matériels destinés à la satisfaction des sens. Mais si le son est purifié, il peut également engendrer tout ce dont nous avons besoin pour la vie spirituelle.

Nous apprenons ici que le son entraîne la manifestation de l'éther, d'où procède à son tour l'air. Quant à la manière dont l'espace éthéré procède du son, l'air de l'éther et le feu de l'air, tout cela sera expliqué plus loin. Le son représente la source de l'éther, ou de l'espace, qui représente lui-même l'origine de l'oreille (srotram), le premier organe de perception, ou d'acquisition du savoir. Il faut en effet prêter une oreille attentive à toute connaissance qu'on désire acquérir, qu'elle soit matérielle ou spirituelle. Le srotram est donc très important. Le savoir védique est d'ailleurs appelé sruti, signifiant qu'il doit être reçu par l'écoute. L'écoute seule permet d'accéder au bonheur matériel aussi bien qu'à la félicité spirituelle.

Dans le monde matériel, nous créons, par le simple fait d'écouter, toutes sortes de choses destinées à notre confort. Ces objets existent déjà, mais il est possible de les transformer par l'écoute. Si nous désirons construire un très haut gratte-ciel, par exemple, cela ne veut pas dire que nous devrons nous mêmes le créer. Les matériaux nécessaires à sa construction -le bois, le métal, la terre, etc.- sont déjà là, mais nous établissons une relation intime avec ces éléments matériels déjà existants en apprenant, par l'écoute, la façon de les utiliser. Le développement économique moderne est un autre produit de l'écoute, et de même on peut créer un champ d'activité spirituelle bénéfique pour l'homme, en prêtant l'oreille à une source appropriée. Arjuna était pareil à un véritable matérialiste, victime d'une conception corporelle de l'existence, dont il souffrait d'ailleurs très vivement. Mais par le simple fait d'écouter, il devint un être conscient de Krsna, spiritualisé. L'écoute revêt donc une grande importance, et elle procède de l'éther. Elle seule peut nous permettre d'utiliser convenablement ce qui existe déjà. Ce principe de l'écoute permettant d'utiliser à bon escient les matériaux déjà existants, s'applique tout aussi bien à l'utilisation des éléments spirituels. Il nous suffit de prêter l'oreille à une source spirituelle autorisée.

Srimad-Bhagavatam chant 3.26.32

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare