Voici le résumé d'une lecture donnée par Srila Prabhupada le 17 avril 1973 à Los Angeles. (Śrīmad-Bhāgavatam 1.8.25)


C'est donc un verset très intéressant qui vipada, calamités, danger, c'est très bien si un danger et des calamités me rappellent Kṛṣṇa. C'est très bien. Tat te 'nukampāṁ su-samīkṣamāṇo bhuñjāna evātma-kṛtaṁ vipākam [SB 10.14.8]. Un dévot, comment perçoit-il une position dangereuse? Le danger doit être là. Danger ... Parce que cet endroit, ce monde matériel est plein de dangers. Ces idiots, ils ne le savent pas. Ils essaient d'éviter les dangers. C'est la lutte pour l'existence. Tout le monde essaie de devenir heureux et d'éviter le danger. C'est l'occupation matérielle. Ātyantika-sukham. Ātyantika-sukham. Le bonheur ultime. Un homme travaille et pense: "Laissez-moi travailler maintenant très dur, et laissez-moi avoir un bon solde bancaire pour que, quand je serai vieux, je profiterai de la vie sans travailler." Telle est l'intention intérieure de chacun. Personne ne veut travailler. Dès qu'il reçoit de l'argent, il veut se retirer du travail et devenir heureux. Mais ce n'est pas possible. Vous ne pouvez pas être heureux de cette façon.

Note par Aprakrita dasa: "Tous veulent être heureux dans ce monde, mais ce monde est plein de dangers. Le dévot de Krishna perçoit le danger comme une miséricorde de Krishna. Le danger nous enseigne que nous ne sommes pas au bon endroit. Le matérialiste essaie d'éviter le danger, mais il devra affronter la maladie, la vieillesse, la mort et reprendre naissance. C'est inévitable. On recherche tous le bonheur, pour cela il faut changer notre conscience de matérialiste en une conscience de spiritualiste, c'est à dire en amour pour Krishna."

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare