Sélectionnez votre langue

Connexion

bg.6,1(165)
dravyam vayah karma gunan visesam
yad-yogamaya-vihitan vadanti
yad durvibhavyam prabudhapabadham
prasidatam nah sa maha-vibhutih
TRADUCTION

Tous les érudits disent que les cinq éléments, le temps éternel, les activités intéressées, les trois modes d'influence de la nature matérielle et la variété qu'ils produisent, sont tous des créations de yogamaya. Ce monde matériel est donc extrêmement difficile à comprendre, mais ceux qui possèdent une connaissance supérieure l'ont rejeté. Puisse Dieu, la Personne Suprême, qui est le maître de toutes choses, être satisfait de nous.

TENEUR ET PORTEE

Le mot durvibhavyam est très important dans ce verset. Personne ne peut comprendre comment tout ce qui arrive en ce monde est le fruit des arrangements de Dieu, la Personne Suprême, par l'intermédiaire de Ses différentes énergies. Comme le dit la Bhagavad-gita (9.10): mayadhyaksena prakrtih suyate sacaracaram —en fait, tout se meut sous la direction de Dieu, la Personne Suprême. Nous pouvons assimiler ce point, mais il reste extrêmement difficile de comprendre comment cela se produit vraiment. Nous n'arrivons même pas à comprendre les mécanismes systématiques qui agissent à l'intérieur de notre corps. Le corps représente un petit univers, et puisque nous ne pouvons comprendre ce qui se passe dans ce petit univers, comment le pourrions-nous pour un univers plus grand? Cet univers est bel et bien très difficile à comprendre; cependant, les sages érudits nous ont prévenus, comme l'a aussi fait Krsna, que ce monde matériel est duhkhalayam asasvatam; en d'autres termes, c'est un lieu de souffrances où tout est temporaire. Nous devons abandonner ce monde et retourner en notre demeure originelle, auprès de Dieu, la Personne Suprême. Les matérialistes peuvent certes objecter: "Si ce monde matériel et ses mécanismes sont impossibles à comprendre, comment pouvons-nous le rejeter?" La réponse est donnée par le mot prabudhapabadham. Nous devons rejeter ce monde matériel parce que ceux qui maîtrisent la sagesse védique le rejettent. Même si nous ne pouvons comprendre ce que représente le monde matériel, nous devrions être prêts à le rejeter suivant le conseil des sages érudits, et surtout celui de Krsna. Krsna dit:

mam upetya punar janma
duhkhalayam asasvatam
napnuvanti mahatmanah
samsiddhim paramam gatah

"Quand ils M'ont atteint les yogis pleins de dévotion, ces nobles âmes, s'étant par là élevés à la plus haute perfection, jamais plus ne reviennent en ce monde transitoire où règne la souffrance." (B.g., 8.15) On doit retourner en sa demeure originelle, auprès de Dieu, car cela représente la perfection suprême de la vie. Retourner à Dieu signifie rejeter ce monde matériel. Bien que nous ne puissions pas comprendre les fonctions de ce monde matériel ni s'il nous est bénéfique ou non, selon le conseil de l'autorité suprême nous devons le rejeter et retourner à Dieu, en notre demeure originelle.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

jeudi, avril 18, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.11 - Montréal, 17 août 1968 Il est dit ici : yad yaj jano bhagavate vidadhīta mānam. Tout ce que vous offrez à Kṛṣṇa. .. En pratique, nous voyons que nous offrons tant de bonnes choses à Kṛṣṇa , mais Kṛṣṇa , apparemment,...
mercredi, avril 17, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.10-11 - Montréal, 14 juillet 1968 C'est pourquoi le Bhāgavata dit qu'ils ne connaissent pas leur intérêt personnel. Bahir arthaḥ maninaḥ : "Être captivé par l'énergie extérieure." Na te viduḥ svārtha gatiṁ hi viṣṇum durāśayā...
mardi, avril 16, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.10-11 - Montréal, 14 juillet 1968 Non. Utopique, oui. C'est le mot exact. Vous pensez à quelque chose, à construire un château dans les airs. Le Bhāgavata dit durāśayā , théorie utopique. Il pense que "je serai très grand en...
lundi, avril 15, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.10-11 - Montréal, 14 juillet 1968 C'est donc la création. Sarvam idam . C'est pourquoi l'injonction védique, sarvaṁ khalv idaṁ brahma. Il n'y a rien d'autre que Brahman. Mais les philosophes Māyāvādī n'acceptent pas les...