Ceci est la teneur et portée du chant 3 chapitre 25 verset 21 du Srimad Bhagavatam

TENEUR ET PORTEE

Ainsi que nous l'avons expliqué, le sadhu est un dévot du Seigneur. Par suite, son souci premier est d'éclairer les hommes sur le service de dévotion offert au Seigneur; telle est sa compassion. Parce qu'il sait que, sans le service de dévotion, la vie humaine est gaspillée, le bhakta parcourt le monde en prêchant, de porte en porte: "Soyez conscients de Krsna. Devenez des dévots de Sri Krsna. Ne gâchez pas votre vie en cherchant simplement à satisfaire vos tendances animales. La vie humaine est destinée à la réalisation spirituelle, au développement de la conscience de Krsna." Tels sont les enseignements d'un sadhu. Il ne se contente pas de sa propre libération; toujours il songe à autrui. Il est l'être le plus miséricordieux qui soit envers les âmes déchues; ainsi la compassion (karunika) est-elle l'une de ses grandes qualités. Au cours de sa prédication, le sadhu, ou le dévot du Seigneur, doit affronter nombre d'éléments adverses, en sorte qu'il doit faire preuve d'une grande tolérance. Il peut même être maltraité, car les êtres conditionnés ne sont pas prêts à recevoir la connaissance spirituelle du service de dévotion. De fait, ils n'apprécient pas ce savoir, et c'est bien là leur maladie. Le sadhu a la tâche ingrate d'insister auprès d'eux sur l'importance du service de dévotion. Parfois, les bhaktas sont attaqués avec violence. Jésus-Christ ne fut-il pas crucifié? Et Haridasa Thakura, lui, fut battu sur vingt-deux places de marché. Quant à Nityananda, le principal assistant de Sri Caitanya, il fut violemment assailli par Jagai et Madhai. Mais tous ces bhaktas se montrèrent tolérants, car leur mission était de sauver les âmes déchues. Parmi les qualités du sadhu, donc, il faut noter son extrême tolérance et sa compassion envers les âmes déchues. S'il est ainsi miséricordieux, c'est parce qu'il est un bienfaiteur pour tous les êtres, et non seulement pour les hommes, mais tout autant pour les animaux. Nous trouvons ici les mots sarva-dehinam, qui désignent tous les êtres ayant revêtu un corps de matière- soit les hommes, mais également les autres êtres vivants comme, par exemple, les chats et les chiens. Et le dévot du Seigneur se montre compatissant envers tous -chats, chiens, arbres, etc. Il agit avec tous les êtres de telle façon qu'ils puissent finalement obtenir le salut et s'affranchir des chaînes de la matière. Sivananda Sena, un des disciples de Sri Caitanya, permit à un chien d'obtenir la libération en agissant avec lui sur un niveau spirituel. Il existe ainsi plusieurs exemples similaires, ou un chien obtint le salut au contact d'un sadhu, car ces personnes saintes oeuvrent pour le plus grand bien de tous les êtres vivants. Mais bien que le sadhu ne se montre hostile envers personne, le monde est si ingrat que même lui a de nombreux ennemis.

Un ennemi et un ami diffèrent l'un de l'autre par leur attitude respective. Le sadhu se comporte envers toutes les âmes conditionnées de façon à ce qu'elles soient finalement délivrées du joug de la matière. Par suite, nul ne peut se montrer plus amical que le sadhu pour ce qui est de soulager l'âme conditionnée. Il est paisible, et c'est avec calme et sérénité qu'il observe les principes des Ecritures. Le sadhu est celui qui adhère aux principes scripturaires et qui, en même temps, sert le Seigneur avec dévotion. En fait, celui qui observe strictement les principes des Ecritures doit être un dévot de Dieu, car tous les sastras nous enjoignent d'obéir aux ordres du Seigneur Souverain. Le mot sadhu se rapporte donc à celui qui observe les injonctions scripturaires et qui est un dévot du Seigneur. Tous ces traits sont flagrants chez le bhakta. En vérité, il développe toutes les qualités des devas quand l'abhakta, lui, posséderait-il de grands talents matériels, n'a à vrai dire aucune qualité, aucun trait noble, selon les normes de la réalisation spirituelle.

Note par Aprakrita dasa : ‘’La principale occupation d’un sadhu ou dévot de Krishna est d’aider les gens à développer leur vraie conscience. Le meilleur exemple est celui de Srila Prabhupada qui est venu nous éclairer. Il est parti de l’Inde avec 7 dollars en poche à l’âge de 69 ans. Il est venu parler de Krishna, Dieu la Personne suprême à des gens qui n’en avaient jamais entendu parler auparavant. À cet âge tous pensent à se retirer, mais Srila Prabhupade a utilisé son temps à nous éclairer en écrivant près de 80 livres. Il est l’exemple parfaite à suivre.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare