SRIMAD BHAGAVATAM - CHANT 7 CHAPITRE 14 VERSET 29

yatra yatra harer arca
sa desah sreyasam padam
yatra gangadayo nadyah
puranesu ca visrutah

TRADUCTION


Ils sont certes propices les lieux où se trouve un temple de Dieu, la Personne Suprême, Krsna, et où Il est adoré comme il se doit; propices également les lieux où coulent les rivières sacrées célébrées dans les Puranas, le supplément des Ecritures védiques. Toute activité spirituelle accomplie là a sans nul doute beaucoup d'effet.


TENEUR ET PORTEE


Beaucoup d'athées s'opposent à l'adoration dans le temple de la murti de Dieu, la Personne Souveraine. Ce verset néanmoins établit clairement que tout lieu d'adoration de la murti est transcendantal et n'appartient pas au monde matériel. On dit aussi que la forêt participe du mode d'influence de la vertu, et c'est pourquoi elle est conseillée à ceux qui veulent développer une vie spirituelle (vanam gato yad dharim asrayeta). Mais il ne faut pas s'y rendre pour y vivre comme un singe. Les singes et les autres animaux sauvages vivent aussi dans la forêt, mais l'homme qui y va en vue de son éducation spirituelle doit accepter le refuge des pieds pareils-au-lotus du Seigneur Suprême. Il ne faut pas se contenter d'aller dans la forêt; il faut trouver refuge aux pieds pareils-au-lotus de Dieu, la Personne Suprême. En cet âge, donc, vu qu'il est impossible de cultiver la spiritualité dans la forêt, il est recommandé de vivre en tant que bhakta au sein de la communauté rattachée à un temple, d'offrir régulièrement un culte à la murti, de suivre les principes régulateurs et de rendre ainsi l'endroit semblable à Vaikuntha. La forêt peut bien relever de la vertu, les villes et les villages de la passion, et les maisons de passe, les hôtels et les restaurants de l'ignorance, mais quiconque vit dans la communauté du temple séjourne, quant à lui, à Vaikuntha. C'est pourquoi il est dit ici que c'est le lieu le plus favorable, le plus propice: sreyasam padam.

Nous établissons des communautés en beaucoup d'endroits dans le monde pour donner refuge aux bhaktas et adorer la murti dans le temple, ce que seuls les bhaktas peuvent faire. Ceux qui adorent le Seigneur dans les temples mais qui négligent d'accorder aux bhaktas l'importance qui leur est due sont de troisième ordre; ces kanistha-adhikaris se trouvent au niveau le plus bas de la vie spirituelle. Comme l'affirme le Srimad-Bhagavatam (11.2.47):

arcayam eva haraye
pujam yah sraddhayehate
na tad-bhaktesu canyesusa
bhaktah prakrtah smrtah


"Une personne fidèlement dédiée à l'adoration de la murti dans le temple mais qui ne sait pas se comporter à l'égard des bhaktas ou des gens en général est dite être un prakrta-bhakta, ou un kanistha-adhikari." Dans le temple doit donc se trouver une murti du Seigneur, adorée par les bhaktas. Cette présence conjuguée des bhaktas et de la murti en fait un lieu spirituel de premier ordre.

Par ailleurs, le grhastha qui adore chez lui le salagrama-sila ou la Forme de la murti, voit sa maison devenir un endroit merveilleux, et c'est pour cela que les membres des trois classes supérieures (les brahmanas, les ksatriyas et les vaisyas) avaient coutume d'adorer le salagrama-sila ou de petites murtis de Radha-Krsna ou de Sita-Rama dans chaque demeure: ainsi tout devenait propice. Désormais, ils ont abandonné ce culte. Les hommes, en se modernisant, se sont laissés aller à toutes sortes d'activités coupables et en sont maintenant extrêmement malheureux.

Dans la civilisation védique, les saints lieux de pèlerinages sont donc considérés comme extrêmement sacrés, et on trouve encore des centaines et des milliers de lieux saints tels que Jagannatha Puri, Vrndavana, Hardwar, Ramesvara, Prayaga et Mathura. L'Inde est par excellence le pays de ceux qui désirent adorer le Seigneur ou cultiver la vie spirituelle. Le Mouvement pour la Conscience de Krsna invite tout le monde, sans discrimination de race ni de croyance, à venir dans ses centres pour y développer une vie spirituelle parfaite.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare