Quand le corps meurt, je ne meurs pas avec lui. Lorsque le corps grossier atteint sa dernière heure, je continue d'habiter le corps subtil formé du mental, de l'intelligence et du faux ego, et c'est lui qui m'emportera vers un autre corps physique. Quoique tous doivent revêtir un corps subtil, ni les savants ni les médecins ne peuvent le voir. Je possède comme vous un mental, mais je ne peux voir votre mental et vous ne pouvez voir le mien. J'ai une intelligence et vous aussi, mais vous ne pouvez voir mon intelligence et je ne peux voir la vôtre du fait de leur nature très subtile. Or, comme l'âme s'avère encore plus subtile, comment les hommes de science matérialistes pourraient-ils la voir? Ils sont incapables de voir le mental, l'intelligence et le faux égo, que dire de l'âme. Aussi disent-ils « Il n'y a que le corps et rien d'autre.» Mais la réalité est tout autre.

En vérité, l'âme est de dimension infime. Bâlâgra-sata-bhâgasya satadhâ kalpitasya ca (Svetâsvatara Up. 5:9). Un dix-millième de la pointe d'un cheveu, telles sont les dimensions de l'âme. Est-il possible de partager un cheveu en cent parties? Non. Mais si, dans l'affirmative, on le divisait en cent autres parties, chacune aurait la taille de l'âme.

De toute évidence, le savoir expérimental ne permet pas la compréhension de telles vérités. Comment les acquérir alors? Auprès d'une autorité en la matière. Notre savoir est si imparfait qu'il ne peut aborder des questions aussi subtiles. Devant leur impuissance dans ce domaine, les imposteurs de la science croient que la vie émane de la matière, une théorie qu'ils n'ont pu démontrer à ce jour. Qu'ils créent donc en laboratoire ne serait-ce qu'un minuscule insecte doté de mains, pattes et yeux grâce à leurs substances chimiques. Chaque nuit, nous voyons en effet plusieurs de ces insectes attirés par la lumière. Depuis ceux-ci jusqu'à Brahma, on compte 8 400 000 formes de vie au sein desquelles nous passons d'un corps à un autre, comme l'affirme Krishna dans la Bhagavad-Gita. Par conséquent, il faut rejeter soit la parole de Krishna soit toutes les théories pseudo-scientifiques qui veulent que la vie procède de la matière. Voués à la conscience de Krishna, nous ne pouvons rejeter ce que dit Krishna. Aussi admettons-nous le fait qu'il nous faut voyager d'un corps à un autre.

Tiré du livre Reine du Mahabharata.
Traduit par Priya Bhakta.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare