Tous les pays du monde sont lancés dans la course aux armements nucléaires; des armes atomiques sont pointées sur toutes les grandes villes de la terre. Réalisant le danger, les grandes puissances tentent maintenant d'organiser des conférences internationales pour les amoindrir.

Là où nulle ennemi ne se déclare, il n'y a aucun besoin de telles armes. Il n'est d'ailleurs pas normal qu'une société civilisée se crée tant d'ennemis. Des conflits peuvent toujours exister entre individus, mais la civilisation moderne est si démoniaque qu'elle a réussi à opposer entre elles toutes les nations. Si bien que pour entrer n'importe où, il faut un passeport, un visa, un rapport médical, un certificat de vaccination, un permis de travail, et combien d'autres formalités encore. Les pays modernes n'ont aucun sens de l'honneur et de la coexistence pacifique. La seule chose à laquelle ils excellent vraiment est la guerre! C'est pourquoi nous enseignons la philosophie védique, brahma-bhutah prasannatma: "Dès qu'on réalise la nature spirituelle de tous les êtres, on devient heureux et paisibles." Voilà comment percevoir l'unité de tous les êtres, qui seule nous fera goûter la paix.

Que faire alors de toutes ces réserves d'armes nucléaires constituées partout autour du globe? La nature s'en chargera. Les hommes ont voulu rejeter Dieu et ont tout naturellement développé les traits propres au matérialisme; l'envie et la convoitise. Ils se croient maîtres du monde, oubliant que le maître absolu, le possesseur suprême, est Dieu, Sri Krishna. Si tous reconnaissaient la suprématie de Dieu, envie et convoitise disparaîtraient, mais ces esprits infirmes plein d'une illusoire sentiment de possession, dont ils ignorent l'extrême danger qu'il représente.

Tous ces athées allégeront le fardeau de la terre en se détruisant eux-mêmes, dans une guerre atomique. Telle sera la nature du prochain conflit international, né de la mentalité pervertie des communistes et des capitalistes. Après le cataclysme, les hommes reprendront conscience de la réalité. Le communisme et le capitalisme sont des tendances naturelles, mais leurs partisans n'en ont pas une vision spirituelle parce qu'ils sont esclaves du matérialisme. On ne saurait nier que le monde est une vaste communauté; c'est l'homme qui le divise en nations, avec des frontières artificielles. Mais plutôt que Lénine, c'est Dieu qu'il faut mettre au centre de l'état universel, qu'il faut reconnaître comme chef suprême.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare