Sélectionnez votre langue

Connexion

bg.3.41(94)

Śrīmad-Bhāgavatam 7.9.55
-
Vṛndāvana, 10 avril 1976


Dans l'histoire des dévots, il y avait un dévot de Caitanya Mahāprabhu, Īśāna. Caitanya Mahāprabhu voulait lui donner une bénédiction. C'était un homme très pauvre. Même son toit, son toit de chaume, n'était pas correctement... Il y avait tellement de trous. Caitanya Mahāprabhu lui dit : « Mon cher Īśāna, si tu veux, tu peux prendre une bénédiction. » « Non, pourquoi devrais-je prendre la bénédiction ? » « Non, tu n'as même pas de toit sur ta maison de chaume. » Il dit : « Pourquoi ? Il y a beaucoup d'oiseaux. Ils vivent sur l'arbre. Il n'y a pas de toit du tout. J'ai un toit avec quelques trous, c'est tout. Et eux n'ont pas de toit du tout, alors comment vivent-ils ? C'est pour cela que je vais te demander la bénédiction ? Non, non, non. C'est ainsi qu'il a refusé. C'est donc de la pure dévotion : « Je ne recevrai aucune bénédiction du Seigneur, mais je donnerai tout à Dieu. » C'est cela. Il y a une compétition. Le Seigneur veut donner au dévot toutes les opulences, et le dévot refuse de les accepter. Il veut donner sa vie et son âme au Seigneur. C'est la perfection. 

Les gopīs, les gopīs, l'idéal, le dévot le plus élevé, ont tout donné à Kṛṣṇa, mais ils n'ont rien demandé à Kṛṣṇa. Ils ont tout sacrifié, leur honneur, leur corps, leur vie. C'est pourquoi Kṛṣṇa dit aux gopīs : « Je n'ai pas le pouvoir de rembourser votre dette. Soyez satisfaites de votre propre activité. Je ne peux rien vous donner. »

C'est donc la dévotion idéale. C'est pourquoi Caitanya Mahāprabhu a recommandé, ramyā kācid upāsanā vrajavadhūbhir yā kalpitā : « Il n'y a pas de meilleur, de sublime upāsana, de culte, que celui qui a été conçu par les gopīs. » Elles ne voulaient rien. Elles voulaient simplement voir Kṛṣṇa, comment Il est satisfait. Kṛṣṇa est loin de chez lui, dans la forêt, et elles pensent : « Dans la forêt, il y a tant de rochers, tant de pierres ébréchées, et les pieds de Kṛṣṇa sont si doux. Comment marche-t-il dans la forêt ? » C'est ainsi qu'elles pleurent. C'est cela la gopī, toujours consciente de Kṛṣṇa, et comment Kṛṣṇa est heureux ou non, c'est leur affaire. C'est pourquoi Caitanya Mahāprabhu a recommandé : « Il n'y a pas de meilleure forme d'adoration que celle pratiquée par les gopīs. » Ainsi, Prahlāda Mahārāja... Il y a plusieurs niveaux de dévotion. Les gopīs sont au sommet, et parmi les gopīs, Śrīmatī Rādhārāṇī est au sommet. Il n'y a donc aucune comparaison possible entre l'amour de Rādhārāṇī pour Kṛṣṇa. Il n'y a pas de comparaison possible. C'est pourquoi Caitanya Mahāprabhu a pris le rôle de Rādhārāṇī pour comprendre Kṛṣṇa. Il s'agit donc de sujets très confidentiels, mais ils sont décrits dans le Caitanya-caritāmṛta, au début. C'est donc la plus haute perfection, ne rien demander à Kṛṣṇa. Essayez de faire en sorte que Kṛṣṇa ne vous donne rien ; vous Lui donnez.

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare

Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Bulletins actuels

dimanche, juillet 14, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 2.3.17 - Los Angeles, le 12 juillet 1969 C'est ce que dit la Brahma-saṁhitā : yasya prabhā prabhavato jagad-aṇḍa-koṭi-koṭiṣv aśeṣa-vasudhādi-vibhuti-bhinnam [Bs. 5.40]. Si vous essayez de lire la littérature védique... Il n'y en a...
jeudi, juillet 11, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 2.3.17 - Los Angeles, le 12 juillet 1969 Saṁsāra-dāvānala-līḍha-loka **. Ce monde est comme un feu ardent. Les gens s'en rendent compte. Et lorsqu'ils ne trouvent pas de solution, ils deviennent frustrés, confus et s'adonnent à...
mercredi, juillet 10, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 1.16.35 - Hawaï, 28 janvier 1974 Dès que l'on s'engage dans le service de dévotion, on se purifie de toute contamination matérielle. Sa guṇan samatītyaitān . Nous sommes troublés par les trois modes de la nature matérielle, mais...
mardi, juillet 09, 2024
Śrīmad-Bhāgavatam 1.16.35 - Hawaï, 28 janvier 1974 Il y a donc deux choses. Vous êtes un serviteur par constitution. Ne pensez pas que vous êtes le maître. Mais lorsque vous oubliez ou abandonnez le service du Seigneur, vous devenez le serviteur de...